La psychologie positive est une science bien avant d’être un truc à la mode.

En effet Abraham Maslow fut le premier à évoquer la psychologie positive. Il le fit pour ouvrir une vision différente de celle de la psychologie classique qui se concentre sur le ” pathologique”. Ce concept fut repris par Martin Seligman dans les années 90, il était alors président de la société américaine de psychologie. Il est de nos jours considéré comme l’un des pionnier de la psychologie positive car il a mis un point d‘honneur à étudier scientifiquement la psychologie positive:

  l’étude de ce qui rend heureux l’être humain.

Il a été rejoint par nombres d’autres scientifiques dont les recherches se sont articulées sur différents axes tels que le bonheur, l’estime de soi,                   le bien-être…

La psychologie positive consiste à renforcer ce qui est positif dans notre vie, nos forces.
Cela nous apporte un nouveau regard sur notre vie, sur nous même.
La psychologie positive ne nie pas les souffrances ou ce qui ne va pas.
Elle se focalise sur la compréhension en profondeur des émotions positives, elle cultive le positif.

C’est pour cela que la psychologie positive et la psychologie classique ne s’opposent pas, bien au contraire, elle sont complémentaires en travaillant chacune sur des axes différents.